Archive 06

 

Courrier n°1

 

Bonjour maître Roch Armel BAKYONO,
Je suis une femme qui vit une misère morale et financière incroyable. Pourtant je gagne bien ma vie. Mais malheureusement mon salaire n’atteint jamais la fin du mois, et ce, malgré le fait que ça dépasse 200. 000 F CFA. J’ai 42 ans et je n’ai encore rien réalisé concrètement. Je suis même très endettée. Je n’ai ni enfant ni mari. Quand je sors avec un homme ça ne dure pas. On m’a dit plusieurs fois dans mes consultations, que je souffre du phénomène de mari de nuit. Franchement je me demande comment j’ai pu contracter ce mari de nuit. Quand je suis endormie, je sens effectivement la présence de quelque chose dans ma chambre. Cette chose me fait parfois l’amour, et à chaque fois je ressens un plaisir intense qui dure jusqu’au réveil. Souvent cette chose prend le visage de quelqu’un que j’aime bien : mon père, un oncle, un frère ou même un cousin et j’en passe…Parfois aussi, cette chose vient s’appuyer contre moi et m’empêche de crier et de bouger, comme si mes nerfs se paralysaient. Maître BAKYONO, qu’est –ce que c’est réellement ? Ne suis-je pas en danger ? Surtout j’aimerais savoir comment j’ai pu attirer cet esprit et comment m’en débarrasser ? Je vous serais très reconnaissante si vous m’aidez à résoudre ce problème maître. Que le Tout-Puissant vous bénisse.
Une lectrice.



Réponse n°1

 

Chère lectrice, votre problème est très sérieux car vous êtes effectivement liée à un incube (mari de nuit). Cet esprit par le fait qu’il maîtrise le monde des images, est capable de prendre le visage de n’importe qui afin d’avoir impunément des relations intimes avec sa victime. Mais d’où proviennent les maris de nuit comme vous me le demandez ? Selon le père Apollinaire Kolie « On peut distinguer trois origines ou causes pouvant expliquer la fréquentation des maris ou femmes de nuit. En premier lieu, il y a la consécration d’une personne dès le sein de sa mère ou à sa naissance à un esprit ou génie des eaux auquel les parents vouent un culte. Lorsque ceux-ci éprouvent des difficultés à concevoir un enfant, ils font un vœu au génie d’une rivière ou d’une montagne en lui promettant de lui donner comme époux ou épouse la fille ou le garçon à naître. A partir de ce moment, l’enfant qui naît de cette prière doit être au service de cet esprit. Il est soumis à des interdits et obligations surtout d’ordre alimentaire ou rituel. Ne pas respecter ces charges, c’est s’exposer à avoir une vie régulièrement perturbée par des dépressions, des infortunes, voire des risques graves. Une deuxième catégorie est soumise à cette amitié non souhaitée de par leur propre faute suite à la consultation des devins, féticheurs, sorciers et envoûteurs qui leur imposent des sacrifices et des libations dans le but d’avoir la richesse, l’honneur, la gloire et le succès. La pratique du spiritisme peut également conduire à une amitié avec les esprits qui rôdent dans les cimetières. Ces amitiés sont en général des pactes consentis ou tacites avec ces esprits auxquels il faut offrir à jour fixe des repas, des poulets, des œufs, du vin, de l’huile, etc. En troisième lieu, ces maris ou épouses de nuit peuvent être lancés ou collés contre une personne par un membre de sa famille qui veut nuire à sa vie. Dans ce cas, le génie est en général très agressif et s’impose entre sa victime et son époux ou épouse. Il peut venir à temps et à contre temps et soumettre son amie à des rapports sexuels forcés qui sont en réalité des viols virtuels. Les personnes consacrées aux voduns (vodunsi), ou vendus par leur famille à la divinité de la mer, Mammiwata signalée tout au long des côtes de l’Atlantique en Afrique de l’Ouest et centrale, peuvent vivre ce genre de fréquentation par les maris et épouses de nuit ». Le père Pierre Meinrad rapporte aussi qu’il n’est pas rare que lors d’un exorcisme, le possesseur déclare être une personne décédée : « je suis entrée dans la malade pour bloquer sa vie personnelle, sentimentale ou sociale. Quand elle sort, je lui prête mon visage de vieille femme et lui donne une mauvaise odeur pour éloigner d’elle amis et parents ». Voilà grosso modo ce qui vous empêche, chère lectrice, de concrétiser vos relations sentimentales. Mais comment faire pour se débarrasser d’un incube ? Votre question est très pertinente, chère lectrice, mais vous devez savoir qu’on ne se débarrasse pas d’un incube ; on le contrôle. Et en ce moment, il devient inoffensif. Dans son livre intitulé « De la démonialité et des animaux incubes et succubes » (éditions Liseux, Paris 1882), le père exorciste Louis Marie Sinistrari s’est beaucoup occupé de ces questions. Il affirme que « chose prodigieuse et presque incompréhensible, ces incubes que l’on appelle en italien foletti, en espagnol duendes, en français follets, n’obéissent pas aux exorcistes, n’ont aucune peur des exorcismes, aucune vénération pour les objets sacrés, à l’approche desquels ils ne manifestent aucune frayeur ». Néanmoins chère lectrice, il existe une technique secrète capable de maîtriser pour toujours ces entités maléfiques. Cette technique a été mise au point par des exorcistes. Afin que les charlatans n’aient pas accès à cette technique, je préfère ne pas la dévoiler ici. Contactez-moi directement au téléphone pour en savoir plus.

 

< Précédent Suivant > 


Vous pouvez nous contactez par :

mail : bakyonorocharmel@gmail.com

Tel : (+226) 51 00 50 50 (Standard) ou au (+226) 25 47 92 32 (Standard)